User Tools

Site Tools


intern:big_data

Big Data

La big Data ou l'internet des choses résulte d'une prise de conscience. Notre environnement et notre utilisation des TIC génère de nombreuses donnée qu'il est possible de stocker, d'analyser, de réutiliser. Aujourd'hui, ces données permettent de connaitre notre géolocalisation à tout moment, ce qui permet d'analysé les flux dans la ville, le traffic de nos routes, la fréquentation de nos bâtiments. Alors que nos éléments architecturaux sont restés muet depuis plusieurs millénaire, ils commencent peux à peux à nous parler, nous renvoyer du DATA.

Introduction SMART environment

Cybernétique

La théorie auquel nous allons nous intéresser est apparu pendant la Seconde Guerre Mondiale. A la faveur d’avancées remarquables en logiques et en mathématiques, un groupe de chercheurs américains - mathématiciens, logiciens, ingénieurs, neurophysiologistes – a choisi d’étudier certains phénomènes délaissés par la recherche scientifique car situés en marge ou à la croisée de plusieurs champs disciplinaires. Ces chercheurs étaient convaincus que se trouvaient-là les domaines d’investigation de la science à venir. Depuis la fin du XVIIème siècle, la science avait été dominée par la mécanique newtonienne et le concept d’énergie. Au début du XXème siècle, la physique moderne est venue bouleverser les repères. Les savants à l’origine de la cybernétique vont prolonger ses résultats, dans le domaine des statistiques notamment. Le concept fondamental ne va plus être celui d’énergie mais celui de communication. Ce concept, qui ne doit pas être confondu avec la notion vague et commune de “communication”, est issu du domaine de l’ingénierie et va trouver avec la cybernétique sa définition mathématique.

La cybernétique est une science du contrôle des systèmes, vivants ou non-vivants, fondée en 1948. Notre monde est intégralement constitué de systèmes, vivants ou non-vivants, imbriqués et en interaction. Peuvent ainsi être considérés comme des “systèmes”: une société, une économie, un réseau d'ordinateurs, une machine, une entreprise, une cellule, un organisme, un cerveau, un individu, un écosystème… Les ordinateurs et toutes les machines intelligentes que nous connaissons aujourd'hui sont des applications de la cybernétique.

Plusieurs acteurs clef ont jouer un rôle dans la création de ce champs disciplinaire. Nous allons nous intérésser à son principale père fondateur pour ce qui est des partie mathématique, Norbert Wiener.

Enfant prodige né en 1894, Norbert Wiener a soutenu à l’âge de dix huit ans une thèse de logique mathématique à l’université d’Harvard. Ancien élève de Bertrand Russell, il a participé de 1911 à 1913 au séminaire de Josiah Royce, à Harvard, sur la méthode scientifique. En 1918, il a été mobilisé pour réaliser des calculs de tir. L’année suivante, il a été recruté pour un poste d’enseignant dans une nouvelle école technique dénommée Institut de Technologie du Massachusetts (M.I.T.). La Seconde Guerre Mondiale va provoquer le plus grand désastre humain et matériel de tous les temps. Dans les pays belligérants, la recherche scientifique est mise au service de l’industrie d’armement. Aux Etats-Unis les budgets alloués à la défense atteignent des sommes colossales. Dans les laboratoires, les chercheurs de nombreuses disciplines participent à l’effort de guerre. Certains parmi les futurs membres du groupe cybernétique se voient confier des programmes de recherche militaire. La guerre va avoir un impact déterminant sur l’itinéraire des deux grands mathématiciens Von Neumann et Wiener. Tous deux répondirent rapidement et activement aux événements de la Deuxième Guerre mondiale. C’est dans ce contexte que les équipes Wiener et McCulloch vont se rencontrer, et le courant cybernétique se constituer. La cybernétique est né de nécessité guerrière:

« Au commencement de la guerre, le prestige de l’aviation allemande et la position défensive de l’Angleterre attirèrent l’attention de nombreux scientifiques sur le développement de l’artillerie antiaérienne. Avant la guerre même, il était devenu évident que la vitesse d’un avion avait rendu obsolètes toutes les méthodes classiques de direction de tir et qu’il était essentiel d’intégrer au dispositif de contrôle tous les calculs nécessaires. » (Wiener)

Base éthymologique cybernétique: Platon utilisais « κυβερνητική » (grec kubernêtikê, de kubernân, gouverner), pour désigner le pilotage d’un navire. Les termes « gouverne », « gouvernail », « gouvernement » ou encore « gouverneur » partagent cette étymologie commune avec le terme « cybernétique ».

Il s'agit alors de calculer des trajectoire de missiles non pas pour atteindre une cible à un point donner mais pour que les deux trajectoire, de la bombe et de l'avion, se rencontre à un moment donner. Wienner mais ainsi en place une machine, evoquant un principe clef de la cybernétique: la rétroaction.

Principe de fonctionnement :

1.La machine capte des signaux via un capteur (Input) 2.La machine renvoie un signal (Output) 3.Via un programme (calcul en fonction paramètres) 4. Paramètres nécessaires au programme sont le signal reçu (input) et des variables intermédiares stockées (permettant de gérer la rétrocation au fil du temps), la mémoire

Norbert Wiener développe alors une nouvelle théorie autour de l'information avec l'ingénieur mathématicien Claude Shannon. Shannon à introduit le concept d'entrophie dans un system. Cela correspond au niveau de désorganisation d'un système donné.

https://books.google.fr/books?id=hEWUpPFoDB8C&pg=PA24&lpg=PA24&dq=memoire+cybernetique+architecture&source=bl&ots=_DPmWKoUSw&sig=JENRTUYk9HKRd9kgUZfByD-Fnno&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj-xbfrsMbQAhXMbBoKHdRbBvIQ6AEITDAI#v=onepage&q=memoire%20cybernetique%20architecture&f=false

https://books.google.fr/books?id=2CSuAwAAQBAJ&pg=PT120&lpg=PT120&dq=memoire+cybernetique+architecture&source=bl&ots=5GOLFEqLmh&sig=JPp8k4tnNzbf8S2rOm2-J9dNeV8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj-xbfrsMbQAhXMbBoKHdRbBvIQ6AEITzAJ#v=onepage&q=memoire%20cybernetique%20architecture&f=false

https://mfareview.wordpress.com/2012/10/11/morphogenetic-metaphors-in-architecture-the-quixotic-contributions-of-conrad-waddington/

https://mfareview.wordpress.com/2011/10/21/function-follows-form-rethinking-the-%E2%80%98function%E2%80%99-of-%E2%80%98form%E2%80%99-in-architecture/

https://mfareview.wordpress.com/2011/12/16/architectural-cyborgs-nanotechnology-and-the-potential-for-living-architecture/

http://blog.fabric.ch/index.php?/plugin/tag/architecture/P44.html